• Un changement radical

     

    20 mars 2020

     

    Campagne gessienne

     

     

    Un changement radical de notre société. Nos petites habitudes, nos routines quotidiennes, notre instinct social, tout fut bouleversé en ce début d’année 2020. Aussi solide qu’il soit, aussi sûr de lui, de ces connaissances, de sa maîtrise du vivant, l’homme a été mis en défaut part un minuscule organisme, un virus, qui a remis en question beaucoup de choses.

    En mars est arrivée une mesure qui nous était totalement inconnue, à nous, la génération qui n’a pas connu les guerres. Le Confinement.

    Rester cloîtré, couper le lien, ne plus voir personne, pas même notre famille, nos voisins. On ne savait pas à quelle sauce on allait être mangé. On ignorait tout de la dangerosité de la situation. Certains étaient en colère de devoir renoncer à tout contact social, d’autres étaient pris de paranoïa et dévalisaient les magasins en stockant pâtes et papier toilette ( ! ). Personnellement je découvris les bienfaits du télétravail, de renouer avec mon épouse et les enfants, nous avons appris à faire notre pain, et nous avons ouverts les yeux sur les merveilles qui nous entourent.

     

    On a trop l’habitude de regarder toujours plus loin en pensant que le bonheur et les belles choses sont toujours à des milliers de kilomètres. En cherchant toujours ailleurs, nous sommes devenus aveugles, incapables de regarder devant nous, à nos pieds, les merveilles qui sont toujours là. Cette contrainte m’a forcé, à ma plus grande joie, à profiter des choses simples et belles qui vivent devant moi.

    Corydale

     

    Je comprends parfaitement que bon nombre de mes concitoyens n’ont pas la chance d’habiter dans un cadre campagnard proche de la nature, et jouissant d’un jardin.

    Mais à trop vouloir s’écarter de la nature, et même, de la dédaigner, elle nous le fait payer.

     

    Mon changement d’habitude m’amène à redécouvrir les petites fleurs qui s’ébrouent dans mon jardin. Par chance, la période printanière fait sortir pâquerettes, véroniques, pervenches, primevères et crocus. Autant de couleurs de silhouettes harmonieuses qui se montrent sous leur plus beau jour.

    pervenche

    Fleur du jardin 

    Véronique

     

    Quelques poignées de jours plus tard, on prend de nouvelles habitudes. La technologie venant à notre rescousse, les visites sont remplacées par des « visio ». Les fleurs envahissent la pelouse, les arbustes explosent en une multitude de petits pétales colorés, attirants nos amis pollinisateurs, les bourgeons éclatent, les premières petites feuilles d’un vert presque fluorescent apparaissent. Les premiers papillons et abeilles font leur apparition.
     

    Flambé

    Abeille

     

    Nos amis ailés eux, n’ont pas changé leurs habitudes, ils reprennent leur parade, insensibles à notre anxiété. Ils vont et viennent dans les arbustes en fleurs.

    Sitelle

    Mésange

     

     

    De cette micro-aventure n’ayant pas dépassée les limites du jardin, j’ai essayé de rendre un hommage animé à ce fourmillement de vie.

     

     

    Notre kilomètre réglementaire nous permet de nous promener autour de chez nous. Une balade devenue quotidienne nous emmène dans un petit chemin de pierre bordé de primevères et de corydales.

    Primevère

    Corydale

    Hellébore

    violette

    Primevère

     

    Le petit chemin s’ouvre sur un magnifique pré parsemé de grands arbres centenaires et d’un petit bois que l’on a surnommé le bois de la chouette, en raison de deux belles observations furtives d’une chouette dont je n’ai pas eu le temps d’identifier l’espèce.

    verdure et tranquilité

     

    Le printemps redonne de la vie à la nature. Les prés verdissent, les arbres fleurissent, ça et là mille couleurs explosent.

    Se prélasser au soleil, en se vidant la tête, sous les grands chênes, en écoutant le champ des merles et des mésanges. Profitant pleinement de la nature, un cadre propice à la méditation. Les enfants construisent des cabanes, nous laissons divaguer nos pensées au gré du vent et des senteurs, dans cette richesse naturelle. Au-delà du Léman, la chaîne du Mont-Blanc.

    Mont Blanc

    Lune

     

     

    Il nous est même arrivé de faire une rencontre complémentent inattendue, par un bel après-midi ensoleillé, un blaireau s’avançait tranquillement vers nous qui étions probablement à vent favorable. Le joli mammifère à la vue très médiocre, s’est soudain rendu compte de notre présence à quelques mètres, et a rebroussé chemin dans une allure effrénée.

    Blaireau

     

     

    Les semaines passent et les contraintes s’allègent. Dans cette envie de retrouver la liberté, nous avons décidé de profiter du Jura. Une fois de plus je me rends compte que je ne connais pas notre région voisine. D’un côté le pays de Gex, de l’autre le Jura, ses vallées, ses collines, ses forêts. Des endroits calmes et discrets.

    Nous partons à la découverte de ces belles contrées. Un retour en images dans une série de trois escapades.

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • 16 février 2020

     

    Un hiver modeste

     

    Chaîne du Jura 

     

    Un hiver qui avait plutôt débuté sous un généreux manteau neigeux, est devenu au fil des semaines, très discrets, trop peut-être. Mais malgré cela, rien ne nous empêche d’aller nous propulser sur les hauteurs. Mon fils, fidèle compagnon de balade, m’emboîte le pas. 

    Jura

     

    Pour nous rendre sur la crête du Jura, nous profitons de la saison hivernale et de la télécabine qui nous véhicule au-delà de la zone de combat. C’est ainsi que se nomme l’endroit où les arbres laissent rapidement place aux arbustes plus bas et trapus. Ces derniers s’effaçant rapidement au profit des pâturages et autres étendues rocheuses. Tout cet environnement se conforme à la rigueur du climat. 

    Accueillis par un petit groupe de corneilles, cherchant de quoi subsister dans un univers qui paraît vidé de tout forme de vie. Nous empruntons un sentier qui nous conduit sur les crêtes.  

    corneille en hiver



    Cette après-midi, le ciel est chargé. Seulement quelques rares trouées qui ne laisseront guère apparaître le soleil. C’est justement une ambiance très photogénique. 

    Un damier de neige laisse les touffes d’herbe jaunies se révéler.  

    Jura

    Le Léman

     

    Le Léman s’est figé dans cette pause hivernale. Les heures froides découragent les promeneurs. On recherche chaleur et calme, on reste tranquillement réfugié dans les structures des activités « indoor ». On fuit les conditions peu accueillantes. C’est précisément dans ces moments et ces conditions, que j’aime sortir. Prendre le contre-pied de la majorité, profiter de cette nature désertée. 

    Jura

     



    Nous avançons tranquillement, dans ce paysage paisible. Au-delà de la pleine lémanique, la chaîne du Mont Blanc déchire le ciel gris. 

    Mont Blanc

    Dents du Midi



    Je réalise que la faible quantité de neige et l’absence de soleil se marient parfaitement. Quelques arrêtes dégarnies apportent des contrastes saisissants, toujours chapeautées par des cieux dramatiques. 

    Jura



    Nous approchons du creux de Praffion. Comme souvent dans la nature, selon la saison, le temps ou l’heure du jour, le spectacle est bien différent. Sur les contreforts du creux, je n’avais encore jamais vu pareil panorama.  

    Le relief, dans lequel les creux étaient comblés de neige, paressent lézardés.  

    Jura



    En prenant de la hauteur, la perspective nous renvoie une vision apocalyptique. L’impression d’un volcan sur une planète torturée par des éléments brutaux. 

    Jura

    Jura



    Nos yeux se perdent dans ce décor de rêve. Notre esprit divague dans cette montagne austère. 

    Les heures s’enchaînent et le soleil s’impose. Le ciel change de couleur et l’ambiance prend un tout autre visage.  

    Jura



    C’est à ce moment précis qu’un petit groupe de chamois visitant le creux, s’ébroue sous les pales rayons du soleil comme réveillé par la chaleur tant recherchée à cette époque.

    Grattant la neige gelée avec acharnement pour dénicher quelques brins de végétaux, les chamois vont et viennent non loin de nous. Je les observe avec humilité, en pensant à leur vie difficile en montagne, dans le froid, affrontant les éléments. Des forces de la nature.

    Je guète un individu qui s’éloigne de la harde traversant la plaine au milieu de multiples traces de ses congénères. Contraste entre l’uniformité de la surface blanche et la bande minérale comme un pilonnage de météorites sur la surface lunaire. Notre chamois traverse cet environnement comme un aventurier avançant d’un pas sûr. Une belle scène caressée par les douces lumières de l’hiver.

    Chamois

     

    Martin profite autant que moi de cette sortie au cœur de la montagne. Captivé par nos amis cornus à quatre pattes, mais aussi par la puissance des falaises de cette belle chaine du Jura qui nous est bien familière

    Jura

     

    Nous revenons tranquillement vers la civilisation pour conclure notre belle sortie. Des nuages plein le ciel et des étoiles plein les yeux.

     

    Pin It

    votre commentaire
  • 19 Janvier 2020

    Sur les crêtes blanches


    Haute chaîne du Jura


    L’année 2019 s’en est allée et la douce enveloppe immaculée de neige a recouvert les reliefs du Jura. Les forêts, les arbres, les collines, les rochers, tout change. A sa saison, son ambiance. L’hiver, c’est le calme, le silence, les mouvements feutrés. Le soleil est moins haut, les lumières plus douces. La faune traverse une période délicate, moins de nourriture et un climat extrême. Toujours être vigilant pour ne pas occasionner de dérangement.

    En ce début d’année, mon fils Martin et moi chaussons les raquettes et décidons d’aller cueillir quelques belles images sur les crêtes du Jura.

    Crêtes du Jura

     

    Destination, le Mont Rond. Un joli sommet de la chaîne avec un beau dégagement de tous les côtés. La chaîne est belle si notre regard se perd sur les crêtes en direction du Collomby, et du Reculet. Mais elle est belle aussi en direction de la Dôle. A l’Ouest, des vallons et des forêts à perte de vue, c’est le Jura dans son plus bel écrin. A l’Est, le Léman, au loin les Alpes et le Mont Blanc en maître.

    Nous débutons notre balade par la forêt qui entoure la Faucille. La neige est belle et froide, elle est tombée en quantité en ce début 2020.

    Raquettes aux pieds, nous suivons une petite route d’alpage bien fréquentée par les promeneurs, mais rapidement nous nous effaçons dans les bois nus et figés dans l’hiver. Quelques itinéraires sont soigneusement tracés pour canaliser le flux de randonneurs et laisser la place nécessaire à la faune. Mais déjà, dans cet univers blanc, l’inspiration germe rapidement.

    La chute de neige récente a enrobé les branches des arbres. Telle une toile d’araignée, qui piège les flocons, le soleil a du mal a se frayer un chemin.

    Arbres et neige

     

    Le manteau de neige apporte une uniformité qui pourrait sembler triste et monotone, mais il n’en est rien. Il crée des volumes, dessine de nouvelles formes et refait le monde comme il lui plaît, tout en jouant avec les ombres et les lumières. 

    Hiver

     

    Sapin et givre

     

    Nous délaissons la forêt dense, pour s’élever vers les pâturages. Les sapins plus largement dispersés dans les prés, étalent leurs ombres sur la neige.

    Douceur hivernale

     

    Ici la douceur a laissé la place, à la rigueur de l’hiver. Le vent règne en maître. Au gré des tempêtes, il sculpte les reliefs, soustrait le moindre petit monticule de neige trop faiblement disposé pour ne laisser que de longues vagues gelées

    Sculpture de neige

    Sculpture de neige

     

    Pour l’instant, nous déambulons dans ce décor féerique, presque naïvement, nous sommes en face Ouest. Mais ce matin une bise glaciale souffle rageusement du Nord-Est. Plus nous approchons des cimes, plus il est simple de comprendre comment se dessinent toutes les textures du manteau neigeux.

    Vent d'hiver

     

    Sur la crête, le vent se déchaîne avec violence. Les bourrasques soulèvent des nuages de poudreuses. C’est dans ce décor apocalyptique que nous nous imprégnions de la force des éléments. Un contraste saisissant entre le vent tempétueux et le ciel bleu azure, à peine voilé de quelques nuages.

    Crêtes du Jura sous la tempête hivernale

     

    L’ambiance est belle mais loin d’être accueillante pour y pique-niquer. Alors, nous redescendons dans les vallons un peu plus protégés pour casser la croûte.

    Le vent s’engouffre dans les étendues opposées, nous offrant de belles scènes. Je m’attarde sur un petit groupe de sapins qui résiste au climat et semble hurler sa détresse à un monde sourd.

    Sapins dans la tourmente

     

     

    Un peu en contre-bas, un chalet d’alpage isolé et abandonné dans le froid, attend patiemment que toute cette fureur passe.

     Chalet figé

     

     

    Nous nous perdons dans ce décor magique, qui laisse oublier le quotidien. On dit que les grandes étendues enneigées inspirent la tranquillité, je confirme, c’est très méditatif et apaisant.

    Tout est différent, presque sans vie, figé dans le froid.

    Neige sur le Jura

     

    Tranquillement, nous reprenons notre chemin. La forêt nous tend les bras. Quelques traces discrètes d’animaux cherchant en vain leur subsistance. L’heure plus tardive autorise aux fins rayons du soleil à illuminer les feuilles mortes des arbres restées accrochées aux branches symbolisant la transition parfois brutale entre la relative douceur de l’automne et la sévérité de l’hiver.

    De l'automne à l'hiver

    Recouvert et scintillant

    Tout me plaît dans les balades hivernales. Les paysages changent, s’adoucissent, la lumière est plus douce. Le ciel est pur, dépouillé de ses poussières. La neige sculpte les reliefs à sa guise.

    Une belle promenade nature accomplie.

    Pin It

    votre commentaire
  • 14 Septembre 2019

     

    Balade Nature au parc de Merlet

     

    Les Houches – Haute-Savoie

     

    Une fois n’est pas coutume, en cette douce journée de fin d’été, nous avions décidé d’aller nous balader au milieu de la faune de montagne, face au Mont Blanc.

    Direction Chamonix. Nous montons la petite route sinueuse qui mène au parc de Merlet.

    Je ne présente plus ce parc que j’affectionne particulièrement et qui me procure toujours autant de plaisir.

    On s’y balade sur de jolis petits sentiers face aux montagnes, parmi bouquetins, chamois, mouflons et autres marmottes. Certes, pas question de chercher l’émotion d’une rencontre avec l’animal sauvage dans son élément. Ici les animaux sont habitués aux humains, mais libre de se promener dans les 22 hectares du parc, pas de cage, pas de garantie non plus de voir toutes les espèces.

    Mais le compromis idéal pour se balader en croisant la faune et qui parfois prend la pose pour permettre de jolis clichés. Un entrainement parfait, si on sait jouer avec les lumières, les textures et les formes.

     

    Je vous propose ici quelques images capturées dans ce bel endroit.

    parc de Merlet

    Le parc de Merlet, sentier entre forêts et prairies alpines, face à la chaine du Mont Blanc

     

    Cerf Sika

     

    Les bois du cerf Sika rappellent les formes de la forêt

     

    parc de Merlet

    Magnifique vue sur l'aiguille Verte et les Drus



    aigle royal

    aigle royal

     


    Nous évoquions le fait que les animaux étaient restreints à l'enceinte du parc, mais parfois il nous arrive d'apprécier la visite d'espèce totalement libre, comme cet aigle royal venu faire un survol avec une proximité inespérée.

     

    Mont Blanc du Tacul et Mont Maudit

    Mont Blanc du Tacul et Mont Maudit

     

    cornes de bouquetin

    Exercice amusant de trouver des compositions originales pour mettre en valeur l'emblème de nos montagnes, le bouquetin

     

    Bouquetin

    Une étagne, la femelle du bouquetin se prélasse à l'ombre des épicéas.

     

    Bouquetins

    Entrainement et intimidation

     

    Chamois

    Jeune cabris de chamois, né dans le parc

     

    Montagne

     

    Vue sur les montagnes somptueuses de la chaîne du Mont Blanc. Ses falaises de granite et ses glaciers que l'on voudrait éternels.

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • 26 Août 2019


    Fascinant Chambeyron

     

    Ubaye, Alpes de Haute-Provence

     

    Me voilà de retour en Ubaye chez mon ami Fabien pour une belle expédition en montagne.

    Remontons quelques mois en arrière. Nous sommes en janvier, et comme chaque année, je guette toujours les dates du Festival photo de Cluses : Images et Neige. Un beau rendez-vous pour découvrir des artistes amoureux d’animaux et de cimes. Donc j’ai pris l’habitude d’arpenter les allées de cette exposition et de rêver devant ces belles images.

    Au détour d’un couloir, je tombe nez à nez avec Julie et Fabien Dal Vecchio, ravi de les revoir. Puis, dans nos discussions, Fabien me parle d’un nouveau stage qu’il veut mettre en place, avec des ascensions à plus de 3000m, des aiguilles, des falaises et des sentiers escarpés. Il recherche des personnes qui en ont un peu dans les mollets. Il ne m’en faut pas plus pour être séduit par le projet.

    Chambeyron

     

    En cette fin Août, me voilà donc sur la route du Sud en direction de Gap, puis Barcelonnette, ma destination. J’ai rendez-vous alla casa Dal Vecchio. Un accueil royal nous attend. L’ayant déjà expérimenté en 2017, je sais qu’on va passer une excellente soirée. A cette occasion, je vais faire connaissance avec les autres membres du groupe.

    Mais avant cela, j’avais repéré lors de ma première venue, qu’un petit village avant Barcelonnette, hébergeait un site de « demoiselles coifées ». Ces colonnes minérales érodées par le temps et les éléments. Alors étant un peu en avance sur le timing, je m’enfile sur une petite route qui me conduit à un chemin qui grimpe sérieusement. Et j’arrive enfin devant ces curiosités géologiques. Une colonne que l’on croirait friable comme du sable, supporte un rocher imposant. C’est impressionnant.

    Demoiselles coiffées

     

    Et en effet, nous arrivons tous successivement chez les parents de Fabien. Après avoir fait connaissance, les discussions s’envolent et fusent dans tous les sens. Un repas succulant, et de franches rigolades animent la soirée. Mais voilà, le programme du lendemain s’avère consistant et on ne tarde pas à rejoindre nos lits.

    Réveil assez tôt. Après un petit déjeuner copieux, nous chargeons nos sacs dans la voiture et nous prenons la route de Saint-Paul-sur-Ubaye, puis la Fouillouse. Nous allons découvrir le massif du Chambeyron.

    C’est parti, après avoir traversé le village de la Fouillouse, nous avançons dans un vallon parsemé de mélèze. Le sentier traverse de belles prairies alpines.

    vallon de la Plate-Lombarde



    Ce vallon respire la tranquillité, il est vaste, pas trop encaissé, avec une toile de fond splendide. Des sommets impressionnant comme la Meyna. Le village au départ étant déjà assez haut, quasiment 1900m d’altitude, tous les sommets qui nous entourent sont souvent à plus de 3000m, cela nous plonge dans une vraie ambiance alpine.

    Peu avant que nous changions de direction pour rejoindre le pas de la Couleta, nous prenons quelques minutes pour profiter du paysage. En cette fin Août, desséchée par des précipitations devenues timides, les couleurs pré-automnales affichent des tons chauds. Je joue avec les ombres de ce vallon et la chaude couleur qui souligne les sommets imposants en arrière-plan.

    La Meyna

     

    Après une monté bien engagée, nous arrivons au pas de la Couleta à 2750m. Une vue splendide.
    On rentre dans la vallée du Chambeyron, avec sur notre droite, le Brec de Chambeyron, un sommet mythique de cette callée. Et dans le fond du vallon, on devine le lac Premier et le refuge du Chambeyron, notre maison pour les deux prochaines nuits.

    Pas de la Couleta



    Cerise sur le gâteau, à cette altitude la végétation devient rare, mais il est une espèce qui brave la hauteur et qui brille de son étoile. L’edelweiss. Cette belle perle cotonneuse est un vrai régal quand on la rencontre. Je ne l’avais pas aperçue depuis des années. On la rencontre souvent au-delà de 2000m d’altitude dans un biotope très minéral. Cependant, j’ai appris récemment qu’on pouvait en trouver dans un endroit très précis sur un sommet du Jura, et son modeste 1650m d’altitude dans de belles prairies d’alpage.

    Edelweiss

     

     

    Arrivé au refuge du Chambeyron, on règle deux ou trois détails pour l’hébergement et Fabien nous propose d’aller crapahuter sur un sommet en face. De nombreux cumulus se développent sur les massifs mais nous tentons le coup. Sachant qu’un ciel pareil peut nous proposer des ambiances de dingue, mais aussi nous pousser à rentrer au pas de course.

    Le long du sentier, je ne manque pas de remarquer quelques pépites florales. Ici, de belles teintes mauves et de petites clochettes groupées pour ces gentianes champêtres.

    Gentiane champêtre



    Après une bonne montée, nous atteignons le pas de la Souvagea, au pied de la pointe d’Aval, un sommet qui fait de l’œil à Fabien, mais ce ne sera pas pour cette fois.

    En revanche, le panorama est grandiose. D’un côté, des falaises abruptes chapotées par des nuages menaçants, s’inscrivent dans une scène parfaite.

    Chambeyron

     

     

    Les nuages qui assombrissent le ciel, font ressortir les contrastes et les textures des falaises et je m’amuse à essayer de trouver des lignes qui mettent en valeur ces détails.

    Chambeyron

     

     

    Sur l’autre versant, nous contemplons le lac Premier lové au pied des montagnes, éclairé par quelques rayons de soleil qui frappent parfaitement la roche.

    Lac Premier

     

     

     

    Les nuages restent bien menaçants, et la raison veut que nous ne tardions pas à rejoindre le refuge, car il reste une bonne distance à redescendre.

    Le soir se passe à merveille, on rigole bien. L’ambiance est très conviviale, on fait connaissance avec nos voisins de tables. J’aime vraiment bien ces moments de partage, discuter avec des gens qui sont passionnés par les mêmes choses. On parle montagne, on parle rando, on parle photo, le top.

    C’est tout de même l’heure d’aller récupérer des forces et de rejoindre nos couchages. Le réveil sera tôt, le programme est ambitieux.

    Après une bonne nuit, on se retrouve devant un bon petit dej’ bien venu et précieux. Aujourd’hui, de la calorie va être brulée !
    Nous voilà prêt pour engager la monté.  

    Le sentier s’enfuie dans le vallon où se succèdent un cortège de petits lacs ayant tous leur charme. Ces petits plans d’eau sont encaissés au pied des aiguilles de Chambeyron, un massif d’arrêtes et d’aiguilles impressionnantes qui imposent le respect.
    L’air est frais, le soleil n’a pas encore pénétré le vallon. Mais au détour d’un petit renfoncement, l’astre embrase le gazon alpin et ses duvets d’anémones qui s’illuminent.

    Chambeyron

     

     

    Quelques foulées plus haut, nous arrivons vers notre premier lac, le lac Long. Une belle étendue encaissée dans laquelle vient refléter parfaitement les aiguilles de Chambeyron.

    Lac Long

     

     

    Juste au-dessus du lac, Fabien nous apprend qu’un grand pierrier pousse des rochers dans le vallon. Mais cette écorce minérale cache de la glace. Un glacier rocheux lacère les falaises sous le Brec de Chambeyron. Fabien qui ne loupe pas une occasion d’apporter un peu d’humour, nous propose d’aller faire quelques figures aériennes sur la crête du glacier. Le résultat en ombre chinoise s’inscrit dans un petit délire sportif et amusant au cœur de la montagne !

    Silhouette

     

    Le chemin silionne dans un univers très minéral. La végétation est très rase et peu de fleur viennent habiller le décor, mais n’oublions pas que nous évoluons entre 2700 et 2900m. Nous poursuivons ainsi notre ascension.

    Au fond du vallon, nous découvrons un lac spectaculaire qui porte bien son nom. Le lac des neuf couleurs. Plan d’eau en forme de cœur qui selon la lumière et l’endroit d’où on le regarde, les teintes sont totalement différentes. Mais nous ne faisons qu’une petite pause, car il nous reste encore de la route !

    Nous prenons la direction du col de la Gypière à la frontière italienne. Le panorama est fantastique.
    Les nuages se développent, sans nous inquiéter mais plutôt en nous excitant. Les ambiances se révèlent.

    Pour atteindre notre destination, la tête de la Fréma, nous attaquons un sentier plus escarpé, qui, en avalant le dénivelé, nous offre presque un moment d’extase à chaque foulée.

    Chambeyron

     

     

    Un joli lac italien sait s’imposer dans le décor montagneux. Lago del Vallonasso di Stroppia.

    Laggo del Vallonasso

     

     

    De ce point de vue, le lac des neuf couleurs pend une tout autre dimension. Quelque part, je ne regrette pas d’avoir attendu pour le shooter lorsque j’étais sur sa rive. D’ici, les couleurs se révèlent.

    Lac des Neufs couleurs

     

     

    Et dès que notre regard s’envole à 360 degrés le panorama nous emporte au paradis.

    Lac des Neufs couleurs

     

     

     

    Arrivés en haut de la tête de la Fréma, l’extase est à son apogée. De tout côté, le paysage est magique, les arêtes, les dalles vertigineuses, les falaises impressionnantes, les jeux de lumière sur la roche, le tout baigné dans une ambiance torturée par les nuages qui s’accrochent amoureusement aux sommets.

    Chambeyron


     

    Une image que j’ai adoré faire. Notre coach Fabien, nous gratifie de sa personne sur un promontoire rocheux. L’incrustation de l’humain dans un paysage est un exercice qui ne m’est pas familier. Et je dois dire que le résultat est vraiment génial. Je fige Fabien dans son jardin.

    Seul au monde

     

    Après avoir cassé la croute à plus de 3100m d’altitude dans un décor de rêve, nous redescendons vers le lac des neuf couleurs. Ce vallon est formidable par la quantité de lacs qui s’y trouve. Cela apporte une harmonie entre l’eau et la pierre.
    Nous en faisons le tour du lac et nous nous arrêtons vers deux monolithes posés là comme dans un film de science-fiction. Une belle occasion pour figer la scène dans une pose longue.

    LAc des neufs couleurs

     

    Peu de temps après les nuages s’accrochent à nouveau sur les sommets. C’est le Brec de Chambeyron qui attire mon attention. De belles ambiances bien austères, de la brume caresse les pics acérés.

    Brec de Chambeyron

     

    Malgré les nuages, pas d’inquiétude sur l’évolution du temps. Point d’orage en vue, par conséquent, nous profitons pleinement du moment pourvu d’ambiances magiques. Néanmoins, l’heure tourne et il nous faut rejoindre le refuge.
    Sur le sentier du retour, au détour de quelques creux de rochers, je découvre avec plaisir une jolie plante typique de ce milieu, du génépi. Plante emblématique des montagnes, rare et recherchée pour la divine boisson qui porte son nom ! 

    La fatigue s’empare de nos muscles, mais avec des étoiles plein la tête, nous déambulons sur le sentier. Une amie des montagnes joue sur la prairie alpine. Une amie que je rencontre souvent et qui m’émeut à chaque fois. Vêtue de sa fourrure, une belle marmotte nous regarde de son œil espiègle.

    marmotte

     

    La soirée se passe, mais est loin d’être terminée. Au programme, photos nocturnes, ciel étoilé et voie lactée !

    Fabien nous explique la théorie. Personnellement, je connais déjà bien la technique, mais quelques combines sont toujours bonnes à prendre. La nuit installe tranquillement sa douceur, quelques étoiles s’illumine dans le ciel alors que Le Brec de Chambeyron troque ces teintes chaudes de fin de journée, puis froides du crépuscule, pour bientôt s’effacer dans l’obscurité afin ne laisser que l’ombre de lui-même.

    Notre vision s’étant habituée à l’obscurité, les étoiles nous dévoilent leur immensité. Puis elle apparait, devant nos yeux innocents. Grandeur céleste, la voie lactée devient notre sujet de la soirée.

    Après quelques essais, je trouve une belle composition qui me plait. La ligne de la montagne s’interrompt en V pour laisser jaillir la voie lactée comme un feu d’artifice. Un petit clin d’œil de Jupiter qui s’invite au spectacle comme un cerbère qui surveille la scène.

    Voie lactée

     

    Après s’être noyé dans la nuit et ses mystères, nous finissons le shooting dans la salle du refuge autour des rires et des anecdotes de photographe.

    Le lendemain, c’est la descente et le retour au village de Fouillouse, par une belle matinée ensoleillée. Comme toujours le chemin du retour me semble horriblement long, mais dans une ambiance tellement sympathique qu’elle s’intègre totalement dans le séjour.

    C’est dans sur les pentes du versant sud de la Souvagea que nous amorçons notre descente. Très minérale au début, mais peu à peu nous retrouvons la végétation. Petits conifères de l’étage sub-alpin puis le retour des mélèzes. Après un long chemin, nous apercevons le village. La fin du périple se profile.

    Chambeyron

     

    Mais l’aventure n’est pas encore terminée. Comme à l’accoutumée, un repas succulent concocté par les parents de Fabien, va clore magnifiquement ce séjour. Et je remercie encore Fabien pour nous avoir fait vivre cette aventure.

    Ainsi, je recommande chaleureusement ces séjours photographiques. Pour tout amoureux de montagne, de randonnée et de paysage alpin, le tout organisé de main de maître par Fabien dont voici le site web :

    https://www.visunature.com/sejours

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique