• 08 Avril 2017

     

    Marlhes  (45.282844, 4.376137)  et  Maillet  (46.114813, 6.542643)

     

    Je m’étais mis dans la tête de commencer une série photographique sur la forêt. D’ordinaire, je suis plus habitué à courir les cimes, à chercher les enchaînements de montagnes et les dégagements des vallées. Mais ce jour-là, point de cimes, point d’horizons lointains. Ma quête se résumait dans le détail caché au milieu du bois.

    Forêt Marlhes

    Je décidai d’aller me balader dans une forêt sur les plateaux bordant le massif du Pilat. Paysage partagé entre de larges prés et des forêts assez denses où foisonnent le gibier et les champignons !

    Je suis tout de même bien habitué à ce genre de sortie, cependant avec un appareil photo à la main et une quête bien précise, cela prend une tout autre dimension.

    Notre regard s’attarde sur une souche, une feuille, une jeune pousse de conifère. Tout peut devenir un sujet évident.

    Forêt Marlhes

    Les heures passent et les clichés s’enchaînent. Comme à chaque fois, un certain temps est nécessaire pour que  je m’imprègne de l’environnement et soudain pleins de scènes se dévoilent. Comme si j’avais percé le mystère du lieu.

    Les odeurs, les lumières et les teintes vertes, jaunes, brunes de la forêt s’accordent pour m’offrir une parenthèse champêtre des plus agréables.
    C'était aussi la période des morilles. Ces petites merveilles sont aussi esthétiques en photo que dans l'assiette !

    La morille

    Le Chevreuil

    Ces endroits grouillent de vie, du plus petit insecte omniprésent à la rencontre fortuite avec un chevreuil. De l’envol d’un pic épeiche aux déambulations d’un renard à la recherche de son dîner. Tous ces moments forment une harmonie qui nous communique un sentiment d’apaisement.

    Orchis

     

    Forêt Maillet

    Forêt Marlhes

    Forêt Marlhes

     

    Mais l’heure tournait et il était temps de sortir du bois, comme un animal traqué par les minutes du monde réel. Mais ce n’était que partie remise. 

    Pin It

    votre commentaire
  • 18.02.2017

     

    La Faucille – Jura (46.355920, 6.012036)

     

    J’avais rendez-vous avec un ami au pied de la station. Le télésiège tournait encore à plein rendement.

    Mon pote arrivait, celui avec qui je partage tous mes délires de sport de glisse entre autre. Nous équipions nos skis de télémark avec les peaux puis entamions la monté. Les derniers skieurs regagnaient leur voiture. La station fermait ses pistes. La nature reprenait gentiment ses droits et retrouvait son calme.

    Nous voilà en route vers les crêtes du Jura, pour moi c’était une première en peau de phoque.
    Après quelques dizaines de minutes de monté en ski tout à fait agréables, nous arrivions au sommet. Le silence avait pris place et déjà un beau ciel se mettait en place.

    Les nuages rougissaient sous le soleil de fin d’après-midi et les cristaux de neige scintillaient de mille feux.
    Je dénichai un cadrage intéressant, un beau dégagement vers l’ouest et quelques sapins s’invitaient à la composition.

    La Faucille

    Nous bavardions avec mon ami en admirant ces belles couleurs.

    Puis le soleil disparu à l’horizon. Il était temps d’entamer la descente. Déjà les dameuses avaient commencé leur travail. Quelques largeurs de velours nous permis d’enchainer de belles courbes.

     

    Ainsi s’achevait cette belle journée.

    Pin It

    votre commentaire
  • 02.01.2017

     

    Sculptures de givre

     

    46.116230, 6.546561

     

     

    Un peu de fraîcheur avec ce souvenir. Le froid était mordant en ces premiers jours de l’année. L’occasion rêvée d’aller chasser quelques créations givrées de la nature.

    givre

    Je proposai à mon fils de venir à la découverte. Tout excité et lui aussi armé de son appareil photo, nous entamions une descente vers un petit ruisseau dont je connais le potentiel artistique.

    givre

    Le ruisseau laissait échapper quelques filets d’eau sur la glace.

    Des cristaux étoilés, comme une composition fractale. Des courbes et des arrêtes glacées.

    givre

    Les créations de la nature sont belles et aléatoires. Cette nature qui nous offre un spectacle tout le temps renouvelé, un vrai bonheur pour des amateurs d’image comme nous, nous pouvions rester des heures, faire quelques pas et tout un nouveau monde se dévoilait. Les clichés s’enchaînaient. Mon fils contemplait cette beauté avec ses jeunes yeux déjà aiguisés pour dénicher les belles compositions.

    ruisseau

    Nous marchions tranquillement dans le pré longé par ce ruisseau. l’herbe givré craquait sous nos pas. Le soleil peinait à réchauffer l’atmosphère.

    Nous remontions à la maison avec les cartes mémoires bien garnies et des étoiles plein les yeux.

     

    L’année commençait bien.  

    Pin It

    votre commentaire
  • 30.12.2016

     

    Pertuiset  (46.143220, 6.550912)

     

    Quoi de plus merveilleux que de finir l’année en montagne avec une petite randonnée sous les étoiles.

     

    Pertuiset

    Pertuiset est un lieu-dit très connu dans le monde du parapente. Situé à quelques minutes de Roche Palud sur le plateau de Sommand, il représente un des plus beaux sites de parapente de la région.

    Mais à cette heure tardive, plus de parapente, plus d’âme qui vive.

    L’hiver n’ayant toujours pas souhaité nous rendre visite, c’est un sentier presque estival que j’empruntai.

    Un belvédère pour savourer une composition parfaite, telle que je n’osais l’espérer.

    La lune noire me laissait un ciel bien étoilé. Une brume envahissait les vallées, comme remontant de l’océan lémanique. Les lumières des villes l’enflammaient comme un torrent de lave. J’avais presque espéré un brouillard plus compact, mais il ne fallait pas faire la fine bouche. Le panorama était tout bonnement magnifique. Les montagnes sortaient de ce bouillonnement brumeux pour prouver leur grandeur. Tout était calme et animé à la fois. Une ambiance vraiment parfaite.

     

    Je pouvais dès lors aborder la nouvelle année avec un bonheur immense. 

     

    Pertuiset

    Pin It

    votre commentaire
  • 18 décembre 2016

     

    La Dôle – Jura (46.420848, 6.095880)

     

    Sunrise La Dole

    L’hiver tardait à venir, mais qu’importe, cela faisait un certain temps que je n’avais pas foulé l’herbe des crêtes menant à la Dôle. Je voulais faire un lever de soleil sur le stratus hivernal qui recouvre bien trop souvent la région lémanique.

    Un départ matinal, la nuit bien fraîche, et une excitation au top. J’avançais d’un pas rapide car comme d’habitude, mon timing était calé au plus juste. Je voulais profiter de l’apparition de l’astre.

    Ma frontale éclairait timidement les hautes herbes qui bordaient le sentier. Me voilà arrivé dans les temps en haut, avec en prime ce beau duvet molletonneux qui recouvrait le plateau.

    J’avais quelques temps auparavant, repéré un muret de pierres qui s’échappait vers la vallée et me semblait bien sympathique pour agrémenter la perspective de mes prises de vue.

    Les couleurs du levant m’invitaient à capturer l’instant. Je sortis mon matériel et commençai à imaginer une belle scène panoramique.

    Sunrise La Dole

    J'adore particulièrement ce moment encore froid, mais garni de couleurs presque dignes d'un arc-en-ciel ! Mauve, Bleu, Orange, Rouge, Jaune. Il faut le voir pour comprendre à quel point elles peuvent magnifier ce panorama.

     

    Puis le soleil fit son apparition, caressant de ses rayons le l’étendue de coton. On aurait pu croire un océan dont les vagues s’enflammaient. Le spectacle était grandiose.

    Sunrise La Dole

    Il ne me restait plus qu’à revenir en ces lieux avec une généreuses couches de neige !

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique