• Entre la Golèse et Bostan

    Entre la Golèse et Bostan


    17 Août 2019


    Haute-Savoie

     

    En cette belle journée d’été, je propose à ma famille une jolie randonnée sur les cimes qui surplombent la haute vallée du Giffre. Nous montons au refuge de la Golèse pour y déjeuner. Pour l’occasion, mon père nous accompagne, et c’est vraiment formidable de partager cela. Ce moment me rappelle les nombreuses randonnées que mes parents m’ont fait découvrir sur toutes les sommets, tous les lacs, cols et vallons de Haute-Savoie et d’ailleurs. Toutes ces années à arpenter les sentiers qui ont forgé ma passion pour la montagne.

    Les Allamands

     

    Le col de la Golèse relie la vallée des Allamands et de Samoëns à celle de Morzine. C’est une très belle balade qui se fait aussi bien en été qu’en hiver, en ski de rando.

    Les Allamands est un petit village qui de par sa position stratégique entre les deux vallées, est largement habité jusqu’à l’entre-deux-guerres. Avec sa chapelle du XIXe siècle, son oratoire, son bassin, ses fermes typiques et maisons pittoresques, il est le reflet de la vie d'autrefois. Une authenticité, que ce hameau Septimontain, conserve encore aujourd’hui. L'origine du hameau, l’un des neuf de Samoëns, remonte au début du XIIIe siècle. À cette époque, les montagnes de Samoëns dans la vallée du Haut-Giffre étaient couvertes d'immenses étendues sauvages et boisées. Le lieu était isolé et difficilement accessible.

    Pour mettre le secteur en valeur, faire reculer la forêt et agrandir les clairières, les seigneurs y ont installé, avec le consentement des religieux, des familles de bûcherons de langue allemande. C’est donc de là que le hameau trouve sa dénomination. Ce sont ces bûcherons qui ont alors défriché les alpages de Bostan et d'Oddaz, dont les noms sont d'origine germanique. Bostan provient en effet de Bostâr signifiant « bois » et Oddaz « bien précieux ». En 1476, les troupes bernoises ont gagné Samoëns par la route des cols, incendiant les Allamands. Le hameau connaît ainsi le même sort que l’Église Notre-Dame de l'Assomption de Samoëns. Un demi-siècle plus tard, le village de nouveau mis à feu par les troupes de la ligue des cantons suisses. Difficile d’imaginer que ce lieu si paisible et authentique aujourd’hui, était il y a quelques siècles, entouré d’une nature hostile et sujet aux invasions.

    Notre promenade débute au-dessus du village, sur une large route forestière qui progresse entre épicéas et prairies. Petit à petit, les arbres se font plus discrets et laissent apparaitre des vallons dégagés qui nous dévoilent un panorama somptueux.

    La Golèse

     

    La route de montagne s’élève tranquillement vers le col et bientôt le refuge apparait. Ce joli bâtiment construit au col de la Golèse, fait vraiment face à un panorama exceptionnel. Et c’est justement sur sa terrasse, face aux montagnes, que nous allons déguster un bon plat typiquement montagnard.

    Refuge de la Golèse

     

    Après cette bonne pause au sommet, nous n’allions quand même pas redescendre. Et donc, nous poursuivons notre balade en reliant l’autre refuge, son cousin, le refuge de Bostan.

    En chemin, au détour d’un petit éboulis rocheux je remarque un Aconit Napel resplendissant. J’aime cette belle fleur emblématique des montagnes, grande, élancée, majestueuse, noble, d’un bleu soutenu apportant une belle classe à ses clochettes imposantes. 

    Aconit Napel

     

    Le sentier qui relie les deux refuges, contourne le massif de Bostan en terrasse avant de plonger dans cette grande vallée au pied des impressionnantes Dents d’Oddaz.

    Les Dents d'Oddaz

     

    A l’approche du refuge, nous arrivons au pied de ces dents. Et littéralement, on se prend une claque visuelle. Cette grande barre de montagne se décline en plusieurs étages, séparés par des contrastes et des couleurs tranchants. La base de la falaise est garnie de gazon alpin en petites terrasses, celles-ci agrémentées de petits conifères ça-et-là. La partie supérieure poursuit l’effet par une falaise grise presque métallique, très verticale. Puis la dernière partie se démarque presque comme si elle avait été peinte en vert pétant. Une ligne très régulière trace un trait horizontale au-dessus duquel le gazon vert chapeaute à nouveau, la partie supérieure. Le tout apporte un contraste impressionnant qui parait presque irréel. 

    Les Dents d'Oddaz

    Les Dents d'Oddaz

     

    Arrivés au refuge de Bostan, mon père et ma fille gagnés par la fatigue s’accordent une pause. Avec mon fils et mon épouse, nous poursuivons au-dessus du refuge dans ce beau vallon. Un panneau indiquait la présence d’un petit lac à une poignée de minutes, le lac des Verdets.

    Le sentier monte dans un très joli vallon, mais point de lac en vue. En fait, cette gouille est un plan d’eau issu de la fonte des névés, aucune source ne l’alimente.

    Et lors de cette période bien sèche et chaude, le lac n’est qu’une zone de terre craquelée. 

    Finalement nous redescendons par un autre sentier plus au pied des dents d’Oddaz.

    Durant cette balade, nous sommes accompagnés par des marmottes peu farouches, qui jouent à cache-cache avec nous, dans les gros rochers qui bordent le chemin. Plus nous avançons et plus nos compagnes sont proches de nous, tantôt cachées derrière un rocher, tantôt à plat ventre sur une pierre, mais toujours avec un regard malicieux.

    Marmotte

    Marmotte

     

    Nous rejoignons le reste de la famille au refuge de Bostan. Ce refuge qui réside à 1763m d’altitude, est aussi sollicité en été qu’en hiver pour les sorties ski ou raquette. Le sentier rejoint la vallée en nous offrant encore quelques belles images de montagne.

    Les Allamands

     

     Cette boucle entre la Golèse et Bostan était pleine de surprises et nous a fait découvrir deux belles vallées. J’étais déjà monté deux fois au col de la Golèse mais depuis l’autre versant, par Morzine, plus précisément depuis l’Erigné, non loin du lac des Mines d’Or.

    Mais par-dessus tout, cette balade découverte m’a ouvert les yeux sur un florilège de randos dans le secteur, entre Bostan, Folly, Vogealle. Sans aucun doute, de nouvelles randos à venir.

       

     

     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    Papy
    Mercredi 12 Mai à 16:01
    Très bel article et merci
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :